Préparation à la composition

Avant de commencer à composer, il est nécessaire de maîtriser correctement ton logiciel DAW (voir DAW).
Bien évidemment, la maîtrise vient avec la pratique.
Les fabricants des DAW les plus connus mettent à disposition, sur leur site internet, des modes d’emplois et guides pratique de leur logiciel. Certains DAW intègrent même directement des outils d’apprentissage. N’hésite pas à consulter l’ensemble des ressources disponibles pour te familiariser avec ton nouvel environnement de travail principal !

Comme il nous est impossible de traiter l’ensemble des différents workflow propres à chaque DAW, étant donné la multitude de logiciels présents sur le marché, nous traiterons ici des notions de base à avoir et des méthodes à mettre en place pour optimiser la composition d’une track sur n’importe quel logiciel.

Pistes et bus auxiliaires

Les pistes et les bus auxiliaires sont des outils que tu retrouveras sur tous les DAWS disponibles actuellement.

Pour faire simple, une piste correspond à un emplacement au sein de ton projet sur lequel tu viendras insérer un instrument. Cet instrument peut prendre différentes formes : VST (instrument virtuel), Drum Rack (ensemble de batteries), Sampleur (échantillonneur)…
Chaque nouvel instrument que tu souhaiteras ajouter seras ainsi placé sur une nouvelle piste dédiée.
Enfin, sur chacune des pistes que tu créeras, tu pourras également insérer des effets. Il en existe une multitude. Nous développons ces derniers, plus en profondeur, dans la section Mixage audio.

Les bus auxiliaires sont des outils indispensables en MAO. Ils prennent la forme de pistes sur lesquelles on insère généralement des effets.
Chaque piste d’un projet peut être “envoyée” vers un bus. Pour faire simple, on envoie le signal d’une piste simple vers une piste auxiliaire.
Ce procédé permet ainsi d’économiser énormément de ressources système car, plutôt que d’utiliser plusieurs effets identiques insérés directement dans chacune des pistes du projet, on insère un unique effet en auxiliaire que l’on attribue ensuite à chacune des pistes de notre choix. Au delà d’un gain considérable en ressources, l’utilisation des pistes auxiliaires permet également de créer certains effets très recherchés comme l’effet Glue par exemple qui permet de “lier” les pistes entres elles pour créer un signal cohérent et harmonieux.

Midi et audio

Il existe deux types de pistes : les pistes MIDI et les pistes audio. Chacune de ces pistes à sa propre particularité.
Les pistes MIDI permettent de composer à la norme MIDI.
Elle te permettrons notamment d’utiliser tes instruments virtuels de deux façons :

  • À l’enregistrement : via le bouton enregistrer de ton DAW ou contrôleur externe. Tu pourras ainsi placer tes notes dans ce que l’on appelle le Piano Roll (grille à clavier de piano virtuelle) au fur et à mesure de l’enregistrement via un contrôleur externe (clavier maître, pads…) ou clavier informatique.
  • À la souris : Via la souris en cliquant directement sur la grille du Piano Roll du logiciel pour ajouter tes notes.

Les pistes audio te permettent quand à elle d’insérer des fichiers audio dans ton projet. Elles sont principalement utilisées pour insérer des samples (échantillons).

Bon à savoir : Les pistes audio consomment moins de ressources que les pistes MIDI, qui nécessitent plus de traitement par l’ordinateur.
Lorsque le travail sur une piste MIDI est terminé, il est généralement conseillé de “Bouncer” la piste pour que celle-ci consomme moins de ressource CPU , ce qui laisse plus de marge de manœuvre pour la suite du projet. Bouncer une piste revient à convertir une piste MIDI en piste audio.

L’avantage du MIDI est qu’il est modifiable à l’infini à la différence de l’audio qui lui est figé et beaucoup plus contraignant en termes de modifications applicables.

Enfin, sache qu’il existe des effets dédiés uniquement au MIDI et d’autres uniquement à l’audio.

Méthodologie

En MAO, il n’existe pas de méthodologie pré-établie permettant de composer un morceau de A à Z. La musique est un art, elle est donc subjective. Chacun est libre de composer comme il l’entend, le tout étant de laisser libre court à sa créativité.

On peut cependant scinder le processus de création musicale MAO en différentes étapes.
Celles-ci sont généralement suivies dans l’ordre présenté ci-dessous mais peuvent varier d’un producer à l’autre.

1. Samples et contenu audio

La première des étapes de la composition en MAO est généralement la recherche de contenu audio.
Les samples (échantillons) sont énormément utilisés en MAO et ce, que ce soit par les débutants ou même par les professionnels. Ils permettent notamment un gain de temps considérable.

Pour débuter, tu peux trouver divers packs de samples en téléchargement gratuit sur internet. Bien évidemment, la qualité ne sera pas toujours au rendez-vous mais pour te faire la main, c’est un bon début.

Investir dans des samples de qualité est essentiel pour tout bon producer. Il existe différentes plateformes en lignes pour l’achat de samples en tout genre. Nous proposerons également prochainement, sur notre plateforme, une sélection de samples gratuits à télécharger.

Le contenu audio peut également prendre une forme différente de celle d’échantillon. En effet, durant cette étape, tu peux également enregistrer tes voix et instruments à l’aide de ton matériel (micros, enregistreurs…) pour créer toi même ton contenu.

2. Sound design

Lors de cette étape, on travaille le son à l’aide de toute sortes de traitements pour obtenir le rendu souhaité. Le sound design permet aussi de créer des sonorités à l’aide de synthétiseurs. De ce fait, il est tout à fait possible de composer un morceau sans jamais utiliser de samples.
C’est l’une des étapes qui demande le plus de connaissances techniques avec le mixage et le mastering.

3. Song writing

L’étape de song writing consiste en l’écriture des lignes mélodiques et lignes d’accords du morceau. Elle intervient généralement après avoir mené le travail de recherche de contenu et sound design. L’écriture des lignes mélodiques/accords se fait pour chaque instrument du projet. Elle peut se faire à la souris via le Piano Roll du DAW ou directement via l’enregistrement en direct.

4. Arrangement

L’arrangement est l’étape finale de la composition. Durant celle-ci, on place généralement les lignes d’accords et lignes mélodiques des différents instruments, préalablement réalisées, au sein du projet en fonction du temps. On vient ensuite compléter cette structuration par l’ajout d’automations qui donneront plus de vie et de dynamisme au morceau.

5. Mixage et Mastering

Le mixage audio et le mastering d’un projet sont deux sujets complexes, traités dans les pages du site qui leurs sont dédiées (voir Mixage, Mastering). Ces deux étapes interviennent après le processus de composition. Elles permettent de créer de la cohérence au sein d’un projet et de corriger certains défauts sonores à l’aide de différents traitements. Ces deux étapes font tout de même parti du processus de création musicale en MAO, c’est pourquoi il convient tout de même de les citer.

À savoir

Les étapes présentées ci-dessus sont étroitement liés. En effet, chacune d’entre elle n’est pas figée. Tu seras donc amené à revenir sur certaines étapes tout au long de l’avancement de ton projet.
Par exemple, lors de l’arrangement, tu peux te rendre compte q’un son ne sonne pas tout à fait correctement, tu repassera alors en phase de Sound design pour corriger ce problème avant de revenir à l’arrangement global de ton projet.

En création musicale il ne faut pas se cantonner à des règles trop contraignantes. L’important est que le rendu te corresponde. 

Enfin, un dernier point important est à relever.
Lorsque tu commenceras à composer, il t’arriveras souvent de créer de nouveaux projets faute d’inspiration.
Le problème est qu’en agissant de la sorte, tu n’avances pas réellement.
Plutôt que de laisser tomber un projet dès qu’une nouvelle idée émerge, note-la quelque part ou enregistre-toi pour ne pas la perdre mais ne crée pas tout de suite un nouveau projet.
Tu auras beaucoup de mal a revenir sur un ancien projet alors que tu en as déjà créé plusieurs autres nouveaux.
Force toi à travailler sur un seul projet à la fois. Si l’inspiration ne vient pas, fais une pause. Prends le temps d’écouter ta création à tête et oreilles reposées.
Même si tes créations ne sont pas parfaites, force-toi à les finir du mieux que tu peux, partage-les et prends en compte les critiques reçues pour améliorer ton travail. Tu peux te servir du HUB pour cela.
Avec de la motivation et du travail, tout est possible !