La reverb ou réverbération est un effet naturel que l’on peux recréer au travers de différents plug-ins ou instruments en MAO. Elle apporte de la vie au morceau. On peut utiliser la reverb pour créer du lien et de la cohérence entre les pistes d’un morceau ou encore pour créer un espace sonore 3D.

Utilisation

Contrairement aux compresseurs et EQ, pour travailler sur une reverb, nous partirons de presets (réglages pré-enregistrés).
En effet, régler correctement une reverb à partir de 0 demande des compétences techniques poussés, pas forcément nécessaires pour la pratique de la MAO.

Les reverb permettent de créer du lien dans le morceau. On travaille sur ces dernières en écoute du mix au complet, l’écoute en solo ne permettant pas de se rendre compte du lien créé entre les différentes pistes.

De plus, le travail des reverb au casque est à proscrire. Cette pratique engendrant souvent un surdosage inutile.
Les reverb permettant de créer un espace sonore 3D, il est fortement conseillé de privilégier une écoute sur enceintes de monitoring, celles-ci permettant une écoute stéréo.

On place généralement les reverb sur des pistes auxiliaires. Ce procédé permet de créer une cohésion dans l’ensemble du mix par l’attribution d’une reverb unique a un ensemble de pistes différentes.
Les reverb étant généralement très demandantes en ressources processeur, le placement auxiliaire permet donc de diminuer le poids de ces dernières sur la capacité de traitement globale du logiciel DAW.

Bien évidemment, l’utilisation de reverb en insert n’est pas à proscrire. Elle peut parfois être nécessaire, voir inévitable, pour obtenir rendu spécifique.

Les différents types de Reverb

Spring Reverb

La spring reverb ou réverbération à ressorts est un type de réverbération produisant un effet particulier, non naturel, typique des réverbération électromécaniques utilisées à partir du début des années 60.
Généralement, on utilise ce type de reverb sur des instruments rythmiques, bois et voix. elle est cependant à proscrire pour les éléments percussifs.

Reverb Plate / Reverb Hall

La reverb Plate est un outil se rapprochant de la reverb à ressorts (spring reverb) à la différence qu’elle produit un effet plus réaliste du fait de la complexité du son qu’elle produit. Elle a largement été utilisée dans les années 60/70.

Les reverb dites “Hall” produisent un son riche, espacé, profond et chaud. Ce sont des réverbérations longues à réflexions lentes. Elles sont communément utilisées pour les instruments classiques de type à cordes, bois, cuivres, etc. Ou encore pour des voix. L’usage de ce type de reverb sur les éléments percussifs est également à proscrire.

Reverb Chambers / Reverb Ambience

La reverb Chamber définit un procédé de création de réverbération par diffusion d’un signal sonore au travers d’enceintes positionnées dans un espace spécifique. Ce signal, alors réverbéré en fonction des caractéristiques de l’espace dans lequel il se déploie,  est enregistré et sera considéré comme ayant subi un traitement de reverb Chamber.
Ces reverb peuvent être utilisées pour tout type d’instrument mais son rendu n’est pas très réaliste.

La reverb Ambience permet de recréer l’ambiance sonore d’un espace spécifique.
Elle est généralement utilisé sur des ensembles d’instruments pour lesquels elle générera un effet glue.

Reverb Room

Il existe une multitude de reverb Room différentes.
Ces dernières permettent de simuler un son réverbéré dans un espace restreint de manière naturelle.
Elles sont utilisés sur tout les type d’instruments.

Tester un preset

Une fois que tu as sélectionné la reverb que tu souhaites utiliser, il peut t’être utile de tester ses différents presets pour juger du quel sera le plus adapté au son à traiter.

Procédé de base

  • Crée une nouvelle piste (a) et ajoute y une note de kick sur chaque temps
  • Désactive le routage vers de bus Master de cette même piste (a)
  • Crée un autre piste (b) et ajoute y un bruit rose
  • Rajoutes-y (b) un noise gate et règle le sidechain sur la première piste (a)
  • Règle le paramètre range du noise gate au maximum et ses temps d’attaque et de release au miminum
  • Règle le treshold de manière à ce que chaque note de la première piste (a) active le noise gate
  • Envoie la piste traitée (b) vers le bus auxiliaire contenant la reverb que tu veux tester

Le bruit rose te permettra, au travers de ce procédé, de discerner clairement les caractéristiques de chaque preset de reverb chargé.
Tu peux également te servir de ce procédé pour tester les réglages d’une reverb.

Les réglages de reverb

Le pré-délay

Le paramètre de pré-delay détermine généralement l’écart temporel entre le son simple et le son réverbéré.
Il est exprimé en ms (millièmes de seconde).

Plus le pré-delay est long, plus l’espace de réverbération est grand et plus la source sonore semble proche.
Des réglages trop abusifs de ce paramètre peuvent venir entacher le mix global.
Au delà de 50 ms, le naturel du son commence à être impacté. Un réglage trop bas impactera lui aussi le signal traité.
Une bonne manière de régler un pré-delay est de le caler au tempo pour fondre la reverb dans le mix.

Le temps de réverbération

Définit par les termes Time, Decay, Length ou encore Decay Time, le temps de réverbération correspond au temps durant lequel est perçu le son après disparition du signal source entrant dans la reverb. On parle alors de queue de reverb (reverb tail) pour qualifier ce son.

Ce paramètre se règle en fonction du tempo et du rythme du morceau.
Plus un morceau est rapide, plus son temps de réverbération doit être court.

Les réflexions primaires

Également appelées early reflections, les réflexions primaires représentent les premières réflexions du son dans son espace de réverbération.
Plus le niveau de réglage est haut, plus les réflexions seront diminuées. Cela peut notamment servir pour éloigner un instrument du mix global.

L'EQ pré-reverb

La plupart du temps intégrée directement aux plug-ins de reverb, l’égalisation de pré-reverb peut également être définie en plaçant un équaliseur avant le plugin de reverb en insert ou sur l’auxilliaire où se trouve ce dernier.

 Équaliser une reverb en amont permet d’éviter que des fréquences parasites (telles que des graves ou subs  par exemple) ne soient réverbérées et donc, ne viennent entacher la qualité du mixage.

Damping

Le Damping (ou amortissement en français) est un paramètre permettant de simuler l’amortissement naturel des fréquences sonores réverbérées en fonction du temps. Il est généralement exprimé en ratio. On utilise ce paramètre pour atténuer la réverbération de bruits parasites qui ne peuvent être supprimés sous peine de dénaturalisation du son.

L'EQ post-reverb

À l’inverse de l’EQ pré-reverb, celle-ci se place donc après le plugin de réverbération.  Cette équalisation est primordiale car elle permet de sculpter le son réverbéré pour que celui-si s’intègre pleinement dans le mix global et ce, sans couvrir les autres instruments.

Procédé de base

  • Nettoyer les fréquences graves
  • Ajuster les fréquences médiums et aigus
  • Eviter de masquer les fréquences

Reverb et Gate

L’utilisation d’un gate lors d’un travail sur une réverbération permet de couper la fin de queue de reverb pour éviter que celle-ci n’empiète sur les notes suivantes.

On trouve aujourd’hui des reverb bénéficiant d’un paramètre dédié dit “gated reverb“. Il existe cependant un procédé permettant de réaliser ce couplage permettant, par la même occasion, une plus grande flexibilité en termes de réglages.

Procédé de base

  • Ajoute un gate à la piste(insert)/auxiliaire où se trouve ta reverb
  • Définis une attaque et un release rapide
  • Règle le paramètre range au maximum
  • place ton treshold de manière à ce que le gate s’ouvre dès les premières réflexions engendrées par ta reverb
  • Ajuste ton réglage hold, il détermine la période de decay de ta reverb qui sera préservée.

Compression Pré-reverb

On utilise la compression pré-reverb pour adoucir une reverb trop marquée. Pour ce faire, il suffit de placer un compresseur audio dans la piste(insert)/auxilliaire ou se trouve la reverb à traiter. Le compresseur se place bien évidemment avant la reverb.

Procédé de base

  • Place ton compresseur avant la reverb à traiter
  • Définis un treshold bas pour permettre au compresseur de s’activer dès la moindre transitoire
  • Sélectionne une valeur de ratio comprise entre 6:1 et 10:1
  • Règle tes paramètres d’attaque et de release pour qu’ils soient suffisamment courts et que le compresseur n’agisse que sur les crêtes du signal.
  • Le réglage du make-up gain n’est pas nécessaire étant donné que le but n’est pas de gagner en puissance sonore.

Compression Post-reverb

La compression post-reverb peut avoir différents effets en fonction du type de son que l’on cherche à obtenir et de la méthode appliquée.
Tu trouveras ci-dessous différents procédés d’utilisation de base pour ce type de compression.

Procédé de base pour donner de la profondeur

  • Place un compresseur de type room avant la reverb à traiter
  • Règle ton ratio aux alentours de 8:1
  • Paramètre un temps d’attaque rapide (1 à 2ms)
  • Définis un release en fonction de la rythmique de ton morceau et de l’effet souhaité (réglage court = effet de pompage)
  • Place ton treshold à un niveau suffisamment bas pour que ton compresseur travaille pleinement.
  • Augmente ton make-up gain jusqu’à obtention de la profondeur souhaitée.

Procédé de base pour améliorer la précision en évitant le masquage fréquentiel

  • Place le compresseur avant la reverb
  • Règle le sidechain du compresseur avec le signal source traité
  • Définis un ratio entre 2:1 et 4:1
  • Paramètre un treshlod bas.  Le compresseur doit agir dès apparition de l’instrument
  • Définis une attaque rapide
  • Supprime le make-up gain (valeur nulle)
  •  Règle ton release de manière à faire apparaître ta réverbération seulement à la fin de la séquence de ton instrument ou de ta voix

Méthodologie d'utilisation d'une reverb

Bien évidemment, chacun pourra se forger sa propre méthodologie d’utilisation dans l’usage de la réverbération. Tu trouveras cependant, ci-dessous, une méthodologie vérifiée et performante, adaptable à chacun de tes mix.

Création des auxiliaires

Comme vue précédemment, l’utilisation de reverbs placées en auxiliaires plutôt que directement en inserts de piste s’avère plus performante du fait d’une plus grande flexibilité en termes de précision dans les réglages.

Pour commencer, crée 9 bus auxiliaires qui seront chacun propres à une utilisation spécifique, détaillée ci-dessous :

  • 1 = voix
  • 2 = snare
  • 3 = instruments
  • 4 = coloration 1
  • 5 = coloration 2
  • 6 = effet glue
  • 7,8,9 = spatialisation

Note que ce modèle n’est qu’une base et qu’il peut, et doit, être adapté selon les besoin de ton mix.
Tu peux rajouter ou supprimer des auxiliaires le tout étant de n’utiliser que ce qui t’es réellement nécessaire.
Pense également à sauvegarder une configuration de base quelque part sur ton ordinateur, une fois que tu te seras fait la main dessus.
Cela t’évitera de devoir recréer chacun des bus auxiliaire à chaque nouveau projet et te fera gagner du temps.
Une fois que les bus sont créés et tes reverb insérées, sélectionne tes presets pour chacune d’entre elles.
Ajuste maintenant grossièrement les envois de tes pistes vers ces derniers.

Auxiliaires 1 . 2 . 3 . 4 . 5 : Voix, Snare, Instrus, Coloration 1, Coloration 2

La procédé de configuration pour ces 5 bus auxiliaires est le même. En effet, Le type de reverb sélectionné sur chacun des bus peut être différent d’un bus à l’autre et il en va de même pour les presets définis. Cependant, pour garder une cohérence globale, il peut être judicieux de ne varier que très peu ces paramètres.

Procédé de base 

  • Choisis le type de réverbération que tu souhaites en fonction de l’effet recherché.
  • Sélectionne un preset adapté
  • Règle ton pré-delay à un juste milieu en conservant le naturel du son
  • Règle ton decay en fonction du tempo de ta track
  • Si besoin, ajuste les reflexions primaires
  • Utilise les EQ, les compresseurs, gates etc. pour travailler ton son réverbéré et éviter le masquage fréquentiel
  • Affine l’équilibre entre le volume du signal source et celui du signal réverbéré au travers du réglage d’envoi vers le bus auxiliaire

Auxiliaire 6 : Effet glue

Le but de cet auxiliaire de reverb est, comme son nom l’indique, de créer un effet glue qui viendra apporter de la cohérence au mix audio. Il est à noter que cet auxiliaire n’est pas forcément nécessaire selon le type de mix. En effet, la cohérence du mix peut également être travaillée grâce à d’autres techniques.

Procédé de base 

  • Privilégie les reverb de type ambience
  •  Sélectionne un preset adapté
  • Ajuste le pré-delay  prédéfini par ton preset si besoin est
  • Règle ton decay en fonction du tempo de ta track
  • Utilise les EQ, les compresseurs, gates etc. pour travailler ton son réverbéré et éviter le masquage fréquentiel
  • Ecoute le bus auxiliaire en solo, tu peux entendre les signaux réverbérés de ta composition
  • Ajuste l’envoi de chaque piste liée vers le bus de manière à percevoir le reflet du mix global au travers des réverbérations
  • Désactive le mode solo du bus auxiliaire
  • Baisse complètement le fader du bus auxiliaire et remonte le jusqu’à entendre distinctement les réverbérations puis arrête toi
  • Recule légèrement le fader

Auxiliaire 7 . 8 . 9 : Spatialisation

La spatialisation dans le domaine musical est le terme définissant le placement dans l’espace des éléments sonores.
Les trois derniers bus auxiliaires de reverb nous serviront donc à placer dans un espace 3D définit les différents éléments du mix.

Procédé de base 

  • Commence par paramétrer le premier bus (7)
  • Privilégie les reverb room pour un rendu naturel
  • Sélectionne un preset adapté
  • Règle ton decay en fonction du tempo de ta track
  • Copie/colle ce même plug-in dans les deux autres bus
  • Maintenant que tu as 3 bus auxiliaires simulant chacun un espace de réverbérationidentique aux deux autres, le but est de créer 3 plans différents de ce même espace. Utilise le pré-delay pour créer un plan proche, un plan moyen et un plan éloigné.
    Plus le paramètre de pré-delay est long plus la source semblera proche.
  • Il est également possible de régler légèrement le paramètre de réflexions primaires pour spatialiser le signal si besoin
  • Ajuste l’ensemble avec le damping/EQ post-reverb pour une finition plus nette
  • Envoi les différentes pistes de ta composition vers l’un ou l’autre de ces bus selon le placement que tu souhaites leur donner dans l’espace sonore

Espace sonore artificiel

Les bus auxiliaires de reverb 7 . 8 . 9 , paramétrés sur une reverb de type room, vus ci-dessus, permettent d’obtenir un espace sonore réaliste imitant une réverbération naturelle. En MAO, il est également possible de créer d’autres types d’espaces sonores que l’on nomme “espaces sonores artificiels“.
Ces derniers peuvent être une véritable valeur ajoutée pour le mix lorsqu’ils sont bien réalisés.
Pour ce faire, il suffit de varier les types de reverb utilisés dans les auxiliaires 7 . 8 . 9, en prenant en compte, comme toujours, la cohésion globale du mix.

Mouvement spatial et relief

Pour donner du mouvement à un instrument (ou voix) dans l’espace sonore en MAO, on utilise généralement une reverb.

Procédé de base 

  • Crée un bus auxiliaire et insert-y une reverb
  • Sélectionne un preset qui provoque une sensation d’éloignement du son pour chaque piste entrante
  • Envoie la piste à traiter vers l’auxiliaire en prélèvement pré-fader et avant les éventuels inserts présents sur cette dernière
Grâce à cette méthode, la dynamique du signal, préservée, fait varier la reverb.
Un signal source fort générera une forte réverbération et  donc une sensation d’éloignement par rapport à la source sonore.
Un signal source faible, a contrario, provoquera une sensation de proximité avec la source sonore de part sa faible réverbération.

Mouvement latéral

De même que pour le mouvement spatial de proximité et d’éloignement d’une source sonore dans l’espace, on peut utiliser les reverb pour créer des mouvements latéraux dans ce même espace.

Procédé de base 

  • Crée deux bus auxiliaires (a) et (b)
  • Insert le plug-in de reverb de ton choix et sélectionne un preset adapté à ton mix sur le bus (a)
  • Défini un pré-delay entre 10 et 20 ms en cohérence avec le tempo de ta track
  • Envoi le signal à traiter vers ce bus (a) et adapte tes réglages (Decay, EQ, etc.)
  • Duplique ton plug-in de reverb sur l’auxiliaire (b)
  • Augmente légèrement le pré-delay/decay de la reverb de l’auxiliaire (b)
  • Règle le panoramique de l’auxiliaire (a) complètement à droite et celui de l’auxiliaire (b) complètement à gauche
  • Envoie maintenant le signal source vers chacun des deux bus auxiliaires (a) et (b) à quantités égales

Si les réglages sont correctement effectués, tu auras la sensation que le signal se balade de droite à gauche dans ta track en fonction du tempo de cette dernière.