La dynamique représente les changements de niveaux par rapport au temps.

Ce principe s’établie sous deux domaines :
  • La macrodynamique : variations de niveaux sur une période longue.
  • La microndynamique : variations de niveaux au sein d’une note.

Le compresseur audio

Un compresseur audio est un outil permettant de gérer les variations de niveaux d’un signal en augmentant ou en diminuant l’écart entre ces hauteurs.
Le résultat produit est un son densifié.

Attention toutefois à ne pas en abuser, ces derniers ne sont pas toujours nécessaires et peuvent très vite nuire au mixage global.

Logic-Pro-Platinum-Digital
slate-digital-vbc-virtual-buss-compressors-164597

Fonctionnalités de base d'un compresseur

Chaque compresseur dispose de plus ou moins de fonctionnalités en fonction de ses caractéristiques.
Certains paramètres sont ainsi propres à des outils spécifiques.
Pour t’aider, voici donc une liste des paramètres composant un compresseur basique.

Le Treshold

C’est l’élément de base du compresseur audio. Il définit le niveau seuil au dessus duquel le signal sera atténué.
Il est définit en décibels (dB).

Le ratio

L’atténuation du signal est régie par ce que l’on appelle le ratio. Ce dernier est présenté sous la forme X:1 où X représente le nombre de dB en entrée par rapport à 1 dB sortant. Le ratio influe sur la grosseur et la fermeté du son traité.

L'attaque, le Release et le Knee

L’attaque d’un compresseur définit la durée que mettra ce dernier avant d’atteindre le taux de compression définit par son ratio dès dépassement du treshold.
Le release, quand à lui, définit le temps mis par le compresseur pour diminuer son effet de manière progressive.
Pour finir, Le réglage knee représente la transition au niveau du treshold entre la phase de compression nulle (1:1 soit pas de compression) et celle réglée par le ratio (X:1). On utilisera des termes comme “Hard Knee” pour une transition directe où “Soft Knee” pour une transition plus progressive.

Make-up Gain

Ce réglage permet d’ajuster le volume en sortie du compresseur suite à la perte engendrée par la compression du signal. 

Dry / Wet

Le réglage Dry représente le signal source. Le réglage Wet représente quand à lui, le signal traité.
Ces deux réglages permettent de réaliser une compression parallèle directement en insert ( compresseur placé sur la piste directement) sans passer par un bus auxiliaire. Ce type de compression est détaillé plus bas dans la page.

Méthode d'utilisation de base

La méthode proposée doit te permettre de te familiariser avec l’utilisation d’un compresseur.
Bien évidemment, tu es libre de mettre en place ta propre méthode d’utilisation une fois les spécificités de l’outil acquises.

Procédé de base 

  • Place ton treshold à un niveau relativement bas.
  • Augmente ton ratio au maximum et joue avec l’attaque. Tu pourras ainsi te rendre compte de l’effet produit par le compresseur.
  • Réalise la même opération avec le release.
  • N’hésite pas à varier les instruments (ou samples) pour te rendre compte de l’impact du compresseur sur le signal traité.
  • Le réglage du ratio est un peu plus complexe. En effet, il te faudra jauger le niveau de compression pour trouver le juste milieu entre grosseur et fermeté du son. Augmente au maximum ton ratio et diminue le progressivement jusqu’à atteindre un stade de compression correct (sans perte de dynamique). Dès que tu franchis ce seuil, augmente-le légèrement.
  • Règle ton treshold en remontant progressivement son seuil jusqu’à obtenir le résultat désiré.
  • Pense à garder un certain contraste dans la compression dynamique du signal.
  • Place ton treshlod de sorte à ce que le compresseur n’agisse pas en continu.
  • Pour finir, règle ton make-up gain de manière à ce que le volume sonore avec compression soit équivalent à celui sans compression.

Voilà, tu sais maintenant comment régler correctement un compresseur. Bien évidemment, avec le temps et l’expérience, plus tu pratiqueras, plus tes réglages deviendrons précis.

Travailler sur la consistance du son

 Le compresseur audio est un outil qui est également utilisé pour ajouter de la consistance à un signal. Ce travail sur la dynamique permet ainsi de lisser et équilibrer le signal pour que celui-ci s’intègre plus facilement dans le mix global.

Procédé de base 

  • Treshold : il doit être réglé de façon à ce que le compresseur agisse sur chaque mouvement dynamique du signal.
  • Ratio : Ici encore, le ratio doit être réglé en trouvant le juste milieu entre un effet trop fort ou inexistant.
  • Attaque / release :
    – Drums / Rythmes (basses…) : Attaque longue et réglage du release en fonction du rythme.
    – Autres : Attaque courte et release modéré 
  • Knee : Plus la pente du knee est douce, plus l’action du compresseur devient imperceptible.

Gagner en puissance sonore

 La méthode pour gagner en puissance sonore sans dénaturer le son en utilisant un compresseur audio est assez simple.

Procédé de base 

  • Garde les mêmes réglages que précédemment énoncé.
  • Augmente le ratio au maximum pour un effet de limiteur.
  • Règle le Knee sur une valeur de pente très douce (environ 20dB).
  • Place le treshold à 0 dB et diminue le seuil progressivement jusqu’à percevoir des dégradations dans le signal.
  • Remonte légèrement le seuil.
  • Règle le make-up gain comme dans la méthode de base.

Donner du punch

Donner du punch à un son permet de mettre ce dernier en avant au sein du mix global et ce sans augmenter son volume.

Procédé de base 

  • Garde une attaque longue qui laisse passer les transitoires de ton instrument.
  • Règle ton release de manière à ce que ce le déclin du son soit atténué.
  • Place ton treshold en fonction de la partie d’enveloppe dynamique du signal que tu souhaites modeler.
  • Ton ratio, quand à lui, définira la puissance du modelage.
  • Définit un “Hard Knee” (pente raide)
  • Règle ton Make-up Gain comme précédemment expliqué en prenant garde à la saturation des attaques.

Donner de la rondeur

La rondeur apporte de la douceur à un son tout en gardant sa présence au sein du mix global.

Procédé de base 

  • Règle le seuil de ton treshold à un niveau suffisamment bas pour que l’ensemble des attaques du signal soient captées.
  • Augmente ton ratio, de 6:1 à 10:1 pour atténuer les transitoires.
  • Définis un temps d’attaque court et un release long à l’oreille en prenant soin d’éviter la distorsion.
  • Le knee est à définir selon le type de signal que tu traites et le rendu recherché.
  • Pour le Make-up Gain encore une fois, le réglage reste le même que pour les autres méthodes de compression précédemment citées.

La compression en série

Cette méthode de compression permet de produire des sons alliant différentes méthodes de compression. Pour ce faire, il suffit de rajouter au signal traité un (ou plusieurs) compresseur supplémentaire.
Il faut cependant prendre en compte le fait que chaque compresseur agira sur le précédent, il est donc primordial de choisir correctement l’ordre de placement de ces derniers en fonction du type de compression de chacun et de l’effet recherché
Il est à noter que lors d’une compression en série, les ratios des différents compresseurs se multiplient entre eux. Il est donc important de prendre en compte ce phénomène pour éviter toute compression abusive du signal traité.

La compression parallèle

Également appelée compression New-yorkaise, la compression parallèle consiste simplement à insérer un compresseur, non pas directement sur la piste traitée (insert), mais dans un bus auxiliaire. Les réglages de ce compresseur sont généralement poussés à l’extrême.

Procédé de base 

  • Choisis un ratio très élevé
  • Définis une attaque et un release très rapides
  • Règle un “Hard Knee” (pente raide)
  • Place ton seuil de treshold à une valeur excessivement basse.
  • Baisse le fader du bus auxiliaire et remonte le progressivement jusqu’à obtention d’un son propre.

Ce type de compression à pour effet de booster en puissance sonore un signal sans impacter sur sa qualité d’écoute.
De plus, selon le type de compresseur utilisé, la compression parallèle peut également apporter une couleur particulière au signal.

Il existe différents compresseur disposant de réglages Dry/Wet. Ces réglages permettent de se passer de piste auxiliaire et d’insérer directement le compresseur sur la piste traitée en insert.

La méthode auxiliaire laisse plus de liberté dans le travail du signal mais peut parfois mener à des problèmes de phase dus au traitement effectué par le logiciel DAW. C’est à toi de choisir tes préférences d’utilisation !

La compression Sidechain

Le Sidechain représente le signal de détection d’un compresseur, utilisé pour déclencher la compression du signal traité.
La compression sidechain (ou filtre Sidechain) est souvent utilisée avec des filtres passe-haut et passe-bas permettant de filtrer le signal de détection du compresseur.
 
Le signal de détection et le signal traité sont souvent les mêmes mais on peux parfois changer ce réglage, on parle alors de Sidechain externe.
Pour faire simple, ce type de compression permet donc de traiter un signal sonore (a) par rapport à un signal  déclencheur (b).
Le compresseur agit donc en compressant le signal traité (a) lorsque celui-ci se superpose avec le signal déclencheur.(b)

L’utilisation de la compression Sidechain est assez récurrente dans l’univers de la musique électronique notamment lors du travail sur le KICK BASS. Elle permet de diminuer la basse selon les impacts du kick ce qui a pour effet d’harmoniser l’ensemble en spatialisant chacun des instruments correctement.

L'effet "Glue"

L’effet Glue peut être définit comme un effet apportant une harmonisation globale au mix. Cet effet particulier est extrêmement important lors du mixage audio.

Procédé de base 

  • Groupe l’ensemble des pistes que tu souhaites traiter (Drums, Rythmes, ensemble des pistes du mix…).
  • Règle ton ratio sur une valeur faible comprise entre 1.5:1 et 2:1.
  • Définis une attaque longue pour qu’elle n’impacte pas sur les crêtes du signal.
  • Règle ton release selon la rythmique de ton morceau.
  • Sélectionne une valeur de pente douce pour ton knee en évitant de rendre la compression perceptible.
  • Abaisse le niveau de ton treshold. Au maximum, tu dois obtenir -2 dB de réduction de gain, pas plus (Place toi légèrement en dessous pour rendre l’effet du compresseur imperceptible).

Compression Multibande

Un compresseur multibande comme son nom l’indique permet de compresser un signal audio selon différentes zones du spectre audio divisées en “bandes” .
Il permet de compresser le signal selon une valeur de ratio, un seuil, un Make-up gain et de définir des valeurs d’attaque et Release différentes pour chaque bande de fréquences. Ce type de compresseur permet ainsi de régler plus en profondeur la compression d’un signal.

Attention toutefois à ne pas en abuser car ses réglages peuvent être complexes et très vite nuire au mix.

Procédé de base 

  • Définis le découpage de tes bandes.
  • Évite des réglages trop éloignés d’une bande à l’autre  pour favoriser la cohérence de l’ensemble.
  • Compresse seulement les bandes nécessitant d’être traitées.
  • Harmonise la compression (déplace légèrement tes bandes si le choix de fréquence ne convient plus).

Transient Designer

Autre outil du traitement de la dynamique, le transient designer (ou processeur de transitoires) permet de travailler sur les transitoires d’un signal. Cet outil est assez simple d’utilisation.

Il dispose généralement de deux réglages principaux :
  • Un réglage permettant de gérer l’atténuation/amplification des transitoires du signal
  • Un réglage de sustain
À la différence d’un compresseur, le transient designer ne dépend pas du niveau du signal source. Il permet donc de traiter le signal sans coloration et indépendamment des variations de niveaux.
Il est possible, et même courant, d’utiliser les transient designer en complément de compresseurs.

Le Noise Gate

L’outil de traitement de la dynamique, communément appelé Noise Gate, est utilisé pour supprimer des fréquences d’un signal sonore.

Ses paramètres diffèrent quelque peu de ceux d’un compresseur.

Fonctionnalités de base d'un Noise Gate

Treshold

Tout comme le compresseur, le Noise Gate bénéficie d’un paramètre Treshold.
Ce dernier permet de définir un seuil en dessous duquel les fréquences seront atténuées ou mutées (silence).
Le treshold représente le “seuil d’ouverture” du Noise Gate.

Range

Le Paramètre Range définit le degré d’atténuation de ces fréquences. Il est exprimé en dB.

Attaque

Temps mis par le signal pour passer du niveau d’atténuation à son niveau de base.

Release

Temps mis par le signal pour passer de son niveau de base au niveau d’atténuation définit.

Hysteresis

Seuil de fermeture” du Noise Gate, il se rajoute au treshold pour rendre l’ensemble du traitement du signal plus clair.
Exemple : pour un treshold de -40dB et un hysteris de -20dB on obtient une ouverture à -40dB (treshold) et une fermeture à -60dB (hysteris)

Hold

Durée d’ouverture du Noise Gate une fois le signal passé en dessous du treshold. Le release s’active une fois cette phase terminée.

Look Ahead

Fonction permettant d’obtenir un rendu sonore optimisé du signal traité en envoyant les informations de traitement à l’outil avant que celui-ci ne module le signal pour optimiser sa gestion du traitement.

Cette fonction peut être simulée :

  • Duplique la piste ou se trouve le noise gate
  • Désactive la sortie Master de la piste dupliquée
  • Crée un sidechain sur le noise gate de la piste principale en choisissant la piste dupliquée comme signal de traitement
  • Décale le signal de la piste dupliquée entre 1 ms et 20 ms

Filtres

Tout comme sur les compresseurs, on trouve sur certains noise gate, des filtres sidechain.

Un noise gate se place toujours en premier sur l’insert d’une piste car on supprime toujours les fréquences résiduelles avant de traiter celles qui nous intéressent.

Toutes les fréquences qualifiées de “bruits” ne sont pas forcément nuisibles pour le mix.
Prend le temps de tester ton mix global avec et sans noise gate une fois celui-ci terminé.

Supprimer les bruits de fond

Les noise gate sont très utilisés en mix audio pour supprimer les bruits résiduels d’un signal.
On peut notamment atténuer les bruits de fond grâce à cet outil de traitement dynamique.

Procédé de base 

  • Place le noise gate en premier insert sur la piste traitée
  • Place le treshold juste au dessus du bruit à supprimer et en dessous des fréquences que tu souhaites garder.
  • Définis une attaque suffisamment rapide en prenant soin d’éviter les éventuels “clics” sonores dues à un réglage trop exagéré.
  • Il en va de même pour le release. Prend garde, cependant, à préserver le delay naturel du signal.
  • Jauge ton réglage de range en fonction des paramètres précédents. Plus tes réglages seront précis plus tu pourras augmenter ce dernier sans que d’éventuels défauts ne soient perceptibles.

Gérer la repisse

La repisse (ou SPILL) est la présence, dans un signal enregistré, d’un autre signal dit “parasite“.
Ce phénomène peut poser différents problèmes lors du mixage audio en impactant sur le traitement du signal des outils utilisés.

Procédé de base 

  • Place le noise gate en premier insert sur la piste traitée
  • Le réglage de ton treshold dépendra du signal que tu traite.
  • Définis un sidechain pour que l’ouverture du gate s’active sur le signal que tu souhaites garder.
  • Le réglage hysteris te permet de définir un réglage de treshold élevé tout en gardant le delay du son.
  • Active le réglage look ahead si celui-ci est disponible sur ton noise gate.

Donner du punch avec un Noise Gate

Tout comme le compresseur, le noise gate peut servir à donner du punch à un signal. Il est notamment très utilisé pour les éléments percussifs ou à rythmique marquée.

Procédé de base 

  • Règle ton treshold juste au dessus du delay du signal.
  • Dose ton range selon la puissance de punch que tu recherches.
  • Sers-toi des paramètres de release et hold pour recréer un delay naturel au signal
  • Si tu disposes de la fonction look ahead, active-la pour un rendu optimal.

Ducking

Le Ducking est une technique d’utilisation de noise gate permettant de diminuer le volume d’un élément sonore lors de l’intervention d’un second élément. 
Certains noise gate disposent de base d’un paramètre “Duck“.

Procédé de base avec fonctionnalité DUCK

  • Active le paramètre duck.
  • Définis un sidechain avec le signal souhaité pour l’atténuation.
  • Règle ton treshold pour que l’effet arrive au bon moment.
  • Choisis la puissance de ton atténuation avec le paramètre range.

Procédé de base sans fonctionnalité DUCK

  • Duplique la piste à traiter
  • Ajoutes-y un noise gate  et règle le sidechain avec le signal souhaité pour l’atténuation.
  • Règle le range au maximum.
  • Règle ton treshold pour que l’effet arrive au bon moment.
  • Inverse la phase de la piste dupliquée
  • Sous-mixe la piste dupliquée avec la piste originale

Autres outils du traitement dynamique

Ces outils sont, pour la plupart, également utilisés dans le traitement de la dynamique d’un signal mais le détail de leur mode d’utilisation n’est pas nécessaire.
En effet, une fois les précédentes méthodes d’utilisation explicités ci-dessus acquises, l’utilisation des outils suivants devient intuitive.

Expandeurs

Les expandeurs servent à redonner des variations dynamiques à un signal. Ce sont en quelque sorte l’inverse des compresseurs.
Ils sont parfois utilisés en alternative aux noise gates car ils permettent un traitement plus subtil du signal grâce notamment à leur paramètre de ratio.

De-essers

Ce type d’outil est principalement utilisé pour le traitement des sifflantes. Il peut également être utilisé pour atténuer des éléments percussifs.

Limiteurs

Un limiteur est un compresseur permettant de fixer un seuil de fréquence maximal à un signal. Ce seuil ne sera ainsi jamais dépassé.
Il est préférable de ne pas utiliser de limiteur durant le mix car ces derniers peuvent nuire rapidement à la production en dénaturant fortement le signal traité.  

EQ dynamiques

Ce type de traitement relève plûtot de l’équalisation, il est donc préférable de se tourner vers un autre type de traitement pour la dynamique d’un signal.

Presets

Dans chaque outil, tu trouveras une multitude réglages prédéfinis, plus communément appelé “Presets“. Attention, ces réglages ne sont pas spécialement adaptés pour le signal que souhaites traiter. Cependant, ils peuvent constituer un bon point de départ.
Si tu souhaites partir d’un preset pour traiter ton signal, place ton treshold à 0 dB et diminue-le progressivement jusqu’à obtenir le résultat recherché.