En mastering, la compression permet de lisser l’ensemble du projet pour atteindre un niveau moyen proche de 0 dB. On parle alors de Normalisation.
Cette pratique permet, entre autre, d’éviter les variations de volume au cours de la lecture du titre/album.

Tout comme pour l’EQ, la compression ne doit pas être perceptible à l’oreille. La réduction de gain doit être ici aussi légère : 3 dB maximum à adapter selon le style musical ( pour les musiques électroniques, on peut pousser un peu plus).

Procédé de base

  • La valeur de ratio ne doit jamais dépasser 2:1. Au delà, tu risque de détériorer la qualité du mixage.
  • Définis une attaque entre 20 et 30 ms
  • Règle ton release sur +/- 250 ms
  • Abaisse le treshold jusqu’à atteindre 2 à 3 dB de réduction sur les passages les plus forts de ta track (Drop)
  • Utilise le make-up gain, si besoin, pour corriger l’éventuelle perte de volume
  • Baisse légèrement l’attaque pour trouver l’équilibre de compression. Si tu commence à percevoir des craquements, reviens légèrement en arrière. Tu peux t’aider du niveau de réduction de gain qui doit osciller en fonction du rythme de ta track.
  • Réajuste le treshold pour conserver les 2 à 3 dB de réduction
  • Réajuste le make-up gain pour obtenir un volume post compression équivalent à celui de pré-compression
  • Définis un soft knee pour que l’action du compresseur soit “transparente” ou un hard knee pour plus de “présence”
En mastering, il est également possible d’utiliser un compresseur multibande. ce dernier, permettant de définir des niveaux de compression différents selon des bande de fréquences définies. Il est donc plus précis. Attention cependant lors de son utilisation car ce type d’outil reste assez complexe et peut très vite nuire au projet s’il est mal utilisé.
 
Si toutefois tu souhaites utiliser un compresseur multibande pour le mastering de ton projet, prends soin de travailler sur le moins de bandes possibles. 3 Bandes sont souvent largement suffisantes, au delà, revois ton mixage.
Sépare tes fréquences basses du médium à partir de 120 Hz et tes médiums de tes aigus entre 5 et 8 kHz.
 

Enfin, pour ce qui est des paramètres, ils sont identiques à ceux d’un compresseur basique si ce n’est qu’ils sont à définir pour chaque bande de fréquence, indépendamment. N’hésite pas à écouter les différentes bandes en solo pour te rendre compte de la compression de chacune d’entre elles.